Foto: Mammut Archiv

Ouverture d’une nouvelle voie sur le Cerro Kishtwar : « Har Har Mahadev »

Le 14 octobre 2017, l’alpiniste du Mammut Pro Team Stephan Siegrist (Suisse) et les deux alpinistes Julian Zanker (Suisse) et Thomas Huber (Allemagne) ont atteint le sommet de la pyramide de granit du Cachemire. Leur but était de réussir l’ascension de la face nord-ouest centrale du Cerro Kishtwar, encore invaincue. Ils ont relevé ce défi avec succès et ouvert une nouvelle voie vers ce sommet.

Siegrist, Huber et Zanker sur le Cerro Kishtwar

C’est le 7 septembre que l’aventure himalayenne de l’alpiniste Mammut Stephan Siegrist, Thomas Huber et Julian Zanker a débuté dans le Cachemire. Le trio a atteint le camp de base le 13 septembre. Grâce à un temps radieux, il a pu progresser sans relâche et établir son camp de base avancé (ABC) à 5050 mètres dès le 18 septembre. Après plusieurs transports de matériel et préparatifs, les trois alpinistes ont attaqué la paroi le 1er octobre. Ils n’ont cependant pas pu respecter leur plan, qui était de monter la paroi en cinq jours. Pour des raisons tactiques, ils ont abandonné cette première tentative pour revenir au camp de base. Reposés physiquement et mentalement, ils se sont relancés dans l’aventure le 8 octobre. Le temps était clément : dégagé le matin, arrivée de nuages en milieu de journée, chute de neige l’après-midi. L’équipe a dû affronter fissures verglacées, spindrifts et froids extrêmes, jusqu’à -20 °C , dans des conditions d’escalade technique cotés jusqu’à A3+. Le jour de l’arrivée au sommet, le 14 octobre, les alpinistes sont récompensés de leurs efforts par un soleil radieux. À la question de savoir comment il avait eu cette idée, Stephan Siegrist répond :

« Lors de notre ascension en 2011, nous sommes passés par un couloir de glace sur la face nord-ouest du Cerro Kishtwar, qui se grimpe en deux jours en style alpin. Lors de cette ascension, nous avions toujours une superbe vue sur la paroi rocheuse interminable de la face nord-ouest directe. Au fil des ans, cette paroi est devenue une obsession. » Il poursuit : « La difficulté de cette paroi a largement dépassé mes attentes. Avec la chute de neige de l’après-midi et le froid, les sept jours sur cette face ont été très difficiles. Il y avait, comme prévu, peu de dangers objectifs sur la grande paroi de 1000 mètres, partiellement en surplomb. Il n’existe certainement pas deux parois aussi élevées qui présentent des difficultés aussi homogènes. Le jour de l’arrivée au sommet a été le seul durant lequel nous avons pu profiter d’un temps clément. Nous avons été récompensés par du soleil et presque pas de vent. Après tant de jours dans le froid et sous les chutes de neige, c’était un véritable cadeau dont nous avons profité comme il se devait. Après toutes ces dures journées sur la paroi avec deux bons amis, l’arrivée au sommet était formidable et nous avons tous été profondément émus. »

La nouvelle voie par la face nord-ouest du Cerro Kishtwar a été baptisée « Har Har Mahadev » par les trois alpinistes, une expression de la mythologie hindoue qui signifie : « Améliore tes valeurs morales afin de surmonter ta peur et de venir à bout des situations dangereuses ! » 

Interview détaillé avec Stephan Siegrist

Histoire de l’ascension du Cerro Kishtwar

Les deux Anglais Andy Perkins et Brendan Murphy ont essayé de grimper cette face en 1992. Après 17 jours, épuisés, ils ont dû renoncer à 100 mètres du sommet. Un an plus tard, les Anglais Mick Fowler et Steve Sustad ont grimpé une brèche jusque vers 5600 mètres en passant par une rampe de glace sur la partie gauche de cette paroi, puis ont bifurqué vers la face est de la montagne, un peu moins abrupte. Ils ont été la première équipe à atteindre le sommet. Le Cachemire a ensuite été fermé aux alpinistes étrangers pendant des années, pour des raisons politiques et militaires. Début 2010, l’interdiction a été levée et Stephan Siegrist, Denis Burdet et David Lama ont été les premiers à s’engager dans le massif en 2011. Leur objectif était de gravir le Cerro Kishtwar dans le style alpin.  Ils sont passés par une voie de glace sur la face nord-ouest, à droite du fameux mur de granit, devenant la seconde équipe à atteindre le sommet. En 2015, Hayden Kennedy, Marco Prezelj, Manu Pellisier et Urban Novak ont gravi la tour de granit en style alpin en passant par la face est, ce qui leur a valu de recevoir le Piolet d’or.

Empfohlene Beiträge